A l'ombre des oliviers...


 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Des ONG demandent une loi marocaine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
maman

avatar

Féminin Nombre de messages : 1865
Date d'inscription : 06/09/2007

MessageSujet: Des ONG demandent une loi marocaine   Jeu 6 Déc - 12:41

Des ONG demandent une loi marocaine protégeant les femmes de la violence
Pour promouvoir une législation visant à protéger les femmes contre la violence, le bureau marocain de l'organisation internationale Global Rights conduit jusqu'au 10 décembre une campagne nationale de sensibilisation. Cette ONG de défense des Droits de l'Homme basée à New York travaille depuis 29 ans à défendre les droits des femmes dans le monde.

Dix ONG marocaines ont entamé des consultations avec des femmes, le 25 novembre, pour recueillir leurs témoignages, leurs idées, leurs suggestions, et définir des priorités sur une loi interdisant les violences faites aux femmes. Ces organisations, qui mettent en avant leurs propres propositions, présenteront des dessins illustrant les suggestions des femmes du Maroc.

Global Rights compilera ces dessins dans une affiche qui sera largement distribuée au Maroc. Cette affiche, intitulée "Pour une Loi contre la Violence faite aux Femmes" sera adoptée comme un mécanisme des ONG pour sensibiliser les gens. Ces organisations présenteront également cette proposition de loi lors de débats publics et de rencontres avec des responsables locaux.

"Il est devenu nécessaire de donner aux femmes la possibilité de se faire entendre, afin que toute législation puisse répondre à l'état véritable de la situation et à leurs besoins réels", a déclaré Meryem Zemmouri, militante des droits des femmes. Cette campagne, explique-t-elle, "tentera d'identifier les opinions et les attentes du plus grand nombre de femmes possible".

Halima Oulami, qui estime que "les violences faites aux femmes sont une violation des Droits de l'Homme", explique que cette campagne "portera sur les violences domestiques". Elle ajoute: "Nous planterons pendant trois jours une tente pour la formation et les conseils dans le quartier Sidi Yusef Ben Ali de Marrakech pour parler avec des femmes de ce phénomène. Nous baserons notre communication et notre campagne de sensibilisation sur des mécanismes internationaux."

En préparation à cette campagne, l'équipe marocaine de Global Rights a organisé fin septembre un premier séminaire destiné aux ONG locales. Des militantes originaires du Maroc, des Etats-Unis, d'Europe de l'Est et d'Inde se sont retrouvées à Fez pour échanger des stratégies de lutte contre les violences envers les femmes et discuter de modifications à apporter à la législation.

Cheryl Thomas, une militante américaine des Droits de l'Homme qui participait à ce séminaire, a affirmé que toute législation devra être stricte en termes de non tolérance de la violence faite aux femmes, assurer la protection des victimes et des enfants, et rendre les auteurs responsables de leurs actes.

Ahmed Arehmouch, avocat et militant qui a aidé à organiser ce séminaire, a expliqué que la nécessité d'incriminer les auteurs des violences faites aux femmes résulte de certaines carences dans la législation marocaine.

"Le Code pénal, par exemple, n'identifie que les violences physiques entraînant des blessures." La loi, explique-t-il, "ne prend pas en compte la violence psychologique et sexuelle, la violence entre époux ou les violences domestiques [et] tient les femmes pour responsables lorsqu'elles quittent le foyer, même si elles le font par suite de violences de la part de leur mari."

Me Arehmouch estime qu'une nouvelle loi devra comporter une définition couvrant tous les aspects de la violence envers les femmes et prévoir des peines dissuasives.

Les organisations impliquées dans ce projet regroupent l'Assocation Amal pour les Femmes et le Développement (Hajib), l'Association Amane pour le Développement des Femmes (Marrakech), l'Association Touaza pour la Défense des Femmes (Tétouan), l'Association pour la Mise en Place d'une Initiative (Taza), l'Association Tafokt Sous pour le Développement des Femmes (Agadir), le Réseau Amazigh Citoyen - Comité des Femmes (Rabat), l'Association des Jeunes Avocats de Khemisset (Khemisset), l'Association Bades pour le Développement Social et Economique (Hseima), l'Espace de Développement Taffilalt Oasis (Risani) et l'Association Wadi Deraa pour le Développement (Zakoura).
BRAVO MESDAMES CONTINUER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Des ONG demandent une loi marocaine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le cas Sekkah : un des problèmes du mariage avec une non-marocaine ?
» harira ( Soupe marocaine )
» Fajitas à la marocaine
» Bricks au thon (Maroc)
» Les Trains... du désert et d'ailleurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A l'ombre des oliviers... :: Un Oeil (le bon) sur la Planète :: Que se passe-t-il au Maghreb ?-
Sauter vers: