A l'ombre des oliviers...


 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Abstention record au Maroc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
azedine



Masculin Nombre de messages : 1841
Date d'inscription : 09/07/2007

MessageSujet: Abstention record au Maroc   Sam 8 Sep - 14:11

Abstention record au Maroc
Rédaction en ligne
samedi 08 septembre 2007, 10:47

Abasourdis par une abstention à un niveau historique aux législatives de vendredi, plusieurs partis politiques marocains ont reconnu qu'il fallait revoir la manière dont ils avaient mené leur action politique pendant la dernière décennie. La participation devrait atteindre 41 %, soit près de dix points de moins qu’il y a cinq ans. Ce « taux n’est pas à la hauteur de nos ambitions », a reconnu le ministre de l’Intérieur Chakib Benmoussa.
« Le défi aujourd’hui consiste à réfléchir à la meilleure manière de mobiliser les électeurs afin de soutenir l’action politique. C’est la responsabilité de tout le monde : autorités, partis politiques et société civile », a assuré le ministre.
« Il y a un véritable problème de brouillage dans la vie politique de notre pays », estime Nizar Baraka, membre du comité exécutif du vieux parti nationaliste de l’Istiqlal, qui fait partie de la coalition gouvernementale sortante.
« En effet, 33 partis étaient lice mais il n’y a pas 33 projets de société pour un pays de 30 millions d’habitants. Il y a un flou lié au nombre de partis et il n’y a pas de véritable débat au niveau des médias qui permettrait aux partis de se différencier pour mettre en évidence leurs projets de société », a-t-il fait valoir.
Pour sa part, à l’extrême gauche, Ahmed Benjelloun, secrétaire général du Parti de l’avant-garde démocratique socialiste (PADS), estime que ce résultat confirme le thème de sa campagne pour une réforme constitutionnelle.
« Le facteur essentiel à retenir c’est que les gens n’accordent plus de crédit à la chambre sortante des représentants (députés) qui était uniquement une chambre d’enregistrement. Il faut maintenant une réforme politique, celle de la Constitution », a-t-il dit à l’AFP.
Pour le jeune Parti travailliste (gauche), constitué par des déçus de l’USFP (socialiste), « ce taux est catastrophique ».
« Nous sommes prisonniers d’un dilemme : l’achat des voix ou l’utilisation de l’islam », a déclaré à l’AFP, son secrétaire général Abdelkrim Benatiq, faisant allusion à la corruption électorale de la part de notables et du référentiel religieux utilisé par les islamistes du Parti de la justice et du développement (PJD). « Il faut réfléchir pour que tout le monde assume sa responsabilité », a-t-il poursuivi.
Pour sa part, le PJD, estime que c’est « un échec total du gouvernement ». « Son vrai bilan c’est le désespoir des Marocains et le retrait de toute confiance dans les partis », a assuré le numéro deux du PJD, Lahcen Daoudi.
« Les autres partis ont failli à leur mission à cause des notables et des escobars (hypocrites) qui les dirigent. Aujourd’hui le PJD a gagné mais le Maroc a perdu », a-t-il ajouté.
Tous, à l’exception du PJD, ont affirmé que pour la première fois ces élections reflétaient l’exacte réalité politique car le scrutin a été à la fois « transparent et honnête ».
« L’argent a triomphé de la politique, car cela a pris des proportions inégalées », a avancé M. Daoudi.
En revanche, pour Driss Lachgar, chef du groupe parlementaire de l’USFP dans la précédente législature, le « temps des résultats maquillés et gonflés est révolu et le taux reflète la réalité de l’existence d’un processus démocratique ».
M’Hand Laenser, chef du Mouvement populaire (parti berbériste implanté dans le monde rural) a tenu à relativiser l’abstention. « Le taux est faible mais aujourd’hui il faut le comparer avec des pays où la démocratie est bien ancrée ce qui est tout à fait positif pour le Maroc ».
« Nous nous situons dans les fourchettes enregistrées par les pays démocratiques. Il faut maintenant les analyser plus finement », a-t-il poursuivi.
(D’après AFP)


http://www.lesoir.be/actualite/monde/abstention-record-au-maroc-2007-09-08-548401.shtml


j'ai vu un reportage hier, les gens ne croient plus les promesses politiques .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Abstention record au Maroc   Dim 16 Sep - 21:22

juste pour compléter l'info:

L'estimation faite au debut du taux de participation qui etait de 41% est passée a 37%!!! selon les resultats definitifs.

y a de quoi pour se poser des questions!!
Revenir en haut Aller en bas
Myriam
Admin


Féminin Nombre de messages : 4180
Date d'inscription : 13/06/2007

MessageSujet: Re: Abstention record au Maroc   Lun 17 Sep - 14:26

Ce soir à 23h15 sur France2 "Un oeil sur la planète"...

Le titre me paraît exagéré à croire qu'il n'y aurait pas d'autres alternatives pour les marocaines... Sûrement pour attirer le spectateur. Bref, le mieux est de le regarder et ensuite d'en discuter...

Maroc, le voile ou le bikini ?

Quelques jours après les élections législatives, un état des lieux du Maroc d'aujourd'hui. Au sommaire :

La fièvre islamiste

Qui sont les islamistes marocains ? Des extrémistes prêts aux attentats-suicides, des intégristes refusant toute modernisation de la société ou des musulmans ouverts soucieux de garder leurs traditions ?

La course à la modernité

La meilleure réponse au chômage et à la pauvreté, c'est le développement économique. Le roi Mohamed VI a ainsi entrepris de faire entrer son pays dans le XXIe siècle.

Au bled, rien de nouveau

Un Marocain sur deux vit à la campagne, où la pauvreté règne et où les changements se font attendre.

Maroc, mon amour

Des millions de Français se sont déjà rendus au Maroc et 40 000 ont choisi de s'y installer définitivement. Pourquoi ? Comment vivent-ils ? Comment sont-ils acceptés par la population ?


Une autre diffusion 21 septembre à 03h50
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alombredesoliviers.buyforum.net
azedine



Masculin Nombre de messages : 1841
Date d'inscription : 09/07/2007

MessageSujet: Re: Abstention record au Maroc   Lun 17 Sep - 14:46

je ne suis pas contre le roi car le peuple marocain en a toujours eu et ce depuis atlas.

mais voilà, le peuple veut une vraie démocratie et pas un leurre.

à quoi çà sert de voter si en final les élus n'ont aucun pouvoir de décision ?

il faut comme le disent certains penseurs au maroc réformer la constitution qui n'a tjours pas été modifiée.

tant que la constitution n'est pas reformée les gens voteront de moins en moins.

et je les comprend tout à fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
azedine



Masculin Nombre de messages : 1841
Date d'inscription : 09/07/2007

MessageSujet: Re: Abstention record au Maroc   Mer 19 Sep - 17:00

Battus en sièges, les islamistes marocains sont arrivés en tête des élections législatives
LE MONDE | 19.09.07

Les islamistes modérés du Parti de la justice et du développement (PJD) sont arrivés en tête des élections législatives du 7 septembre au Maroc, en suffrages, même si le scrutin a été remporté par le vieux parti nationaliste de l'Istiqlal, vainqueur en sièges.

Selon les résultats officiels communiqués par le ministère de l'intérieur, huit jours après le vote, les islamistes ont obtenu 10,9 % des suffrages (503 396 voix), tandis que leurs rivaux de l'Istiqlal en ont obtenu 10,7 % (494 256 voix). En raison, principalement, du découpage électoral et du mode de scrutin à la proportionnelle, l'Istiqlal a cependant enlevé 52 sièges, alors que le PJD n'en a conquis que 46 (sur un total de 325) à la Chambre des représentants. En réalité, les grands vainqueurs de ces élections législatives sont les abstentionnistes. Seuls 37 % des électeurs inscrits se sont rendus aux urnes, le 7 septembre, malgré les appels à la mobilisation lancés par le roi Mohammed VI. Pis : 19 % des bulletins ont été blancs ou nuls.

C'est dans les grandes villes que les islamistes du PJD arrivent en tête. Ils devancent l'Istiqlal à Casablanca, Tanger, Meknès, Rabat, Salé et Tétouan. En revanche, ils sont distancés ou battus à Agadir et à Marrakech. Reste que, même victorieux dans les grandes agglomérations, le PJD n'a pas accompli de prouesses. Le taux de participation est encore plus bas en ville que dans les zones rurales : à Casablanca, 27 % seulement des électeurs ont déposé leur bulletin dans l'urne le 7 septembre, et 22 % à Tanger. Quant au nombre de bulletins blancs ou nuls, il est encore plus élevé dans ces villes que dans le reste du pays.

LE ROI CONSULTE

L'appel au boycottage lancé par les islamistes de Justice et bienfaisance, la formation du cheikh Yacine (non agréée mais tolérée), ainsi que par une petite formation d'extrême gauche, n'explique pas cette désaffection, estiment les analystes, qui soulignent plutôt le discrédit de la classe politique.

Dans l'ensemble, ces élections se sont tenues "correctement", ont déclaré la plupart des observateurs marocains et internationaux. Le Collectif associatif (plus de 600 associations marocaines) et Transparency Maroc ont cependant vivement dénoncé le rôle de l'argent et l'achat de voix. Une critique que le PJD a émise le jour des résultats, dès sa défaite connue.

Pour l'heure, le roi poursuit ses consultations pour désigner un premier ministre. Il a reçu, ces derniers jours, les chefs des six principaux partis politiques. Le souverain a toute latitude pour choisir qui occupera ce poste. Le successeur de Driss Jettou devrait cependant sortir des rangs de l'Istiqlal, le parti vainqueur. Quant au PJD, il restera probablement dans l'opposition.

Florence Beaugé
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3212,36-956947@51-949833,0.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
azedine



Masculin Nombre de messages : 1841
Date d'inscription : 09/07/2007

MessageSujet: Re: Abstention record au Maroc   Jeu 20 Sep - 11:29

Le nationaliste Abbas El-Fassi nommé premier ministre au Maroc
LEMONDE.FR avec AFP et Reuters | 20.09.07 | 09h11 • Mis à jour le 20.09.07 | 09h58
En savoir plus avant les autres, Le Monde.fr vous fait gagner du temps.
Abonnez-vous au Monde.fr : 6€ par mois + 30 jours offerts







ouze jours après les législatives du 7 septembre, le roi Mohammed VI a nommé, mercredi 19 septembre, au poste de premier ministre Abbas El-Fassi, chef du parti nationaliste Istiqlal arrivé en tête avec 52 sièges à la Chambre des députés qui en compte 325.

En 2002, le roi avait nommé un premier ministre apolitique, plutôt que le chef de l'Union socialiste des forces populaires (USFP), qui avait remporté le scrutin. M. El-Fassi a indiqué que le souverain l'a chargé de "mener les consultations avec les partis politiques pour la constitution d'un nouveau gouvernement", dans une déclaration à la presse, précisant qu'il allait commencer ses contacts jeudi.




Au lendemain du scrutin du 7 septembre, M. El-Fassi avait annoncé qu'il restait "fidèle" à ses engagements pris dans le cadre de la Koutla (bloc) démocratique qui, outre l'Istiqlal, regroupe les socialistes de l'USFP et du Parti du progrès et du socialisme (PPS). Mais ces trois partis ensemble n'ont pas enlevé la majorité des sièges à la Chambre des représentants. Ils doivent encore former une alliance avec d'autres formations pour assurer une majorité.

UN CHOIX "LOGIQUE" POUR LES ISLAMISTES


"La logique veut que le premier ministre soit issu de l'Istiqlal", a indiqué mercredi Lahcen Daoudi, un responsable du Parti de la justice et du développement (PJD, islamiste). "Nous souhaitons bon courage à M. El-Fassi comme nous souhaitons qu'il arrive à constituer rapidement un gouvernement restreint et efficace", a-t-il dit. Sur l'éventualité que M. El-Fassi invite les islamistes du PJD à participer au gouvernement, M. Daoudi s'est borné à dire : "Quand on est invité, il faut savoir ce qu'il y a dans le menu, ce qu'on va vous offrir, etc".

Abbas El-Fassi est avocat de formation. Il a été ambassadeur du Maroc en Tunisie et en France. Avant sa nomination au poste de premier ministre, il occupait le poste de ministre d'Etat sans portefeuille au sein du gouvernement sortant de Driss Jettou. Il accède aux commandes au moment où le royaume est confronté à un double défi : la pauvreté et l'accentuation des inégalités sociales, ainsi que l'émergence d'un islamisme radical.



http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3212,36-957275@51-949833,0.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Abstention record au Maroc   

Revenir en haut Aller en bas
 
Abstention record au Maroc
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» RECORD
» Energie: Comment le Maroc soigne sa crise
» Comment désamorcer la bombe sociale au Maroc ?
» SAP condamné à une amende record
» Bricks au thon (Maroc)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A l'ombre des oliviers... :: Un Oeil (le bon) sur la Planète :: Que se passe-t-il au Maghreb ?-
Sauter vers: