A l'ombre des oliviers...


 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La comédienne Rayhana agressée à Paris...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Myriam
Admin


Féminin Nombre de messages : 4180
Date d'inscription : 13/06/2007

MessageSujet: La comédienne Rayhana agressée à Paris...   Jeu 14 Jan - 22:19

L'auteure algérienne Rayhana agressée à Paris

La pièce "A mon âge, je me cache encore pour fumer", devait être jouée jusqu'au 16 janvier

L’auteure et comédienne algérienne Rayhana a été aspergée d’essence et insultée à Paris mardi soir, où se joue sa pièce de théâtre « A mon âge, je me cache encore pour fumer ». Déjà menacée de mort par des islamistes, elle y dénonçait notamment les violences faites aux femmes en Algérie.

Rayhana a été agressée, mardi soir à Paris, alors qu’elle se rendait à la Maison des Métallos où se joue sa pièce de théâtre « A mon âge je me cache encore pour fumer ».

L’auteure algérienne a été insultée et aspergée d’essence, d’après une source policière. L’agresseur lui a ensuite jeté une cigarette au visage, sans parvenir à l’enflammer.

Menacée par les islamistes

L’attaque était visiblement liée au spectacle qu’elle s’apprêtait à jouer. Cette pièce, qui met en scène des discussions de femmes dans la vapeur d’un hammam, dénonce les violences politiques, sociales et sexuelles présentes dans la société algérienne.

« Les femmes de ce pays en voie de développement ont cette chance d’accéder à l’éducation. […] Mais malheureusement leur conscience citoyenne et leur volonté démocratique sont étouffées par le poids des traditions religieuses », avait-elle déclarée à Jeune Afrique au mois de décembre.

La comédienne s’était installée en France en 2000 après avoir été victime de menaces de mort par des islamistes.

Indignation de la classe politique

Le maire de Paris, Bertrand Delanoë s’est déclaré « indigné par ce terrible événement » dans un communiqué. Fadela Amara, secrétaire d’Etat française à la Ville et fondatrice du mouvement Ni Pute Ni Soumise, s’est dit « révoltée par l’agression intolérable ». Une enquête de police a été ouverte.

Jeuneafriques, 14/01:2010
© Bastien Capela

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alombredesoliviers.buyforum.net
hamou



Masculin Nombre de messages : 1427
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Re: La comédienne Rayhana agressée à Paris...   Mar 19 Jan - 23:23

Voici un entretien accordé par l'auteure et comédienne Rayhana à la journaliste Nadjia Bouzeghrane du quotidien El Watan d'Alger. Elle y présente notamment son parcours de comédienne en Algérie et affirme la signification universelle de son oeuvre théatrale même si elle traite du mal qu'elle connait le mieux pour en avoir souffert et continuer à en souffrir dans son être et sa chair (c'est bien le cas de le dire avec l'agression à l'acide dont elle a été victime), la condition de mineures subie par les femmes algériennes.

Rayhana. Comédienne algérienne
« Des femmes qui parlent d’amour, de vie… »
Dans cet entretien qu’elle nous a accordé, vendredi après-midi, avant que nous ayons vu la pièce dans la soirée du même jour, Rayhana, préférant ne pas trop s’appesantir sur les deux agressions qu’elle a subies, l’une verbale, le 5 janvier, et l’autre le 12 janvier, parle avec une passion non contenue de A mon âge je me cache encore pour fumer, premier texte qu’elle a écrit en France et en français et mis en scène par Fabian Chappuis. De ce que représente pour elle cette pièce qui donne la parole à « des femmes qui sont exclues parce qu’elles sont femmes ».




Vous attendiez-vous à être agressée ?

Pas du tout. Je suis dans un pays de liberté d’expression, jamais je n’aurais pensé qu’en plein centre de Paris, à Belleville, on essayerait de me fermer la bouche. J’étais heureuse d’être à Belleville, un quartier cosmopolite, j’étais chez moi. Jusqu’à ce que je joue cette pièce je n’ai jamais eu de problèmes en France. J’ai été l’objet d’une première agression verbale, le 5 janvier, qui m’a fait peur mais que je n’ai pas vraiment prise au sérieux. Sur les conseils de mon metteur en scène et des responsables de la Maison des Metallos, j’ai déposé plainte. Je n’ai jamais eu d’agression physique en Algérie non plus.

Suite à votre agression, il y a eu beaucoup de réactions, en avez-vous reçu d’Algérie ?

Des autorités algériennes en France ou en Algérie, aucune, alors que je suis Algérienne. Par contre, du peuple algérien, du milieu intellectuel et artistique, j’ai reçu de nombreuses marques de sympathie. Des ministres français m’appellent, me soutiennent.

De quoi parlent les femmes dans votre pièce ?

Elles parlent d’amour, de vie...

D’amour qu’elles n’ont pas ?

D’amour qui doit régner dans le monde. D’amour dans tous les sens du terme, d’amour qu’elles n’ont pas. Elles parlent de leur vie, de ce qu’elles ont subi.

Vous situez la pièce à Alger pendant la décennie noire. Pourquoi ce choix ?

Parce que c’est mon pays, c’est ma vie, ce sont des femmes que j’ai côtoyées, je ne peux m’inspirer que de ce que je connais. Cette idée de hammam, je l’avais déjà en Algérie, je voulais déjà écrire cette pièce. Pendant les années noires, justement. Je voulais faire parler des femmes et pour moi le meilleur lieu, le plus beau lieu est le hammam. J’ai proposé cette idée à un directeur de théâtre que je ne nommerai pas en Algérie et qui m’a dit que c’est une excellente idée, il voulait faire jouer des hommes dans des rôles de femmes pour ne pas prendre le risque de choquer le public, parce que dans nos mœurs les hommes n’entrent pas dans un hammam de femmes Il était sincère.

Pourquoi précisément un hammam ?

On va au hammam pour se nettoyer, pour se reposer et se rencontrer, et surtout loin de toute oreille masculine, puisque c’est un temple de femmes où l’homme n’a pas le droit d’entrer. Et les femmes se lâchent. Pour une femme, le hammam c’est une catharsis. C’est une purification dans tous les sens du mot.

Les comédiennes sont au nombre de neuf, est-ce un hasard ?

Au départ elles étaient douze femmes en colère. J’ai failli nommer la pièce Douze femmes en colère, mais il fallait trouver les finances pour payer douze comédiennes, un metteur en scène, c’est très très dur, j’ai dû sacrifier des personnages.

Qui sont vos personnages ? Que symbolisent-ils ?

Je ne suis pas dans le symbolisme, je suis dans le réalisme terre à terre et je pense que c’est pour cela que les professionnels du théâtre ou les gens qui viennent voir la pièce me disent : « C’est déjà fini », alors que la pièce dure deux heures. Il y a bien sûr un sens pour chaque personnage, mais en même temps ce sont des femmes simples qui parlent de leur quotidien, comme nos mères, nos sœurs, nos voisines. Il y a une masseuse (tayaba) qui est la sagesse populaire, analphabète, mais blasée de la vie.

Dans notre culture populaire, la masseuse (tayabat el hammam) est connotée de façon péjorative, comme étant la commère...

Mais oui, justement, elle est au courant de tout. Et comme je voulais faire parler mes personnages féminins, je les retrouve au hammam. Pour moi, le hammam n’est qu’un prétexte, et là, il y a une symbolique parce qu’il y a la purification. Ce sont des commères, toutes ces femmes. Dans le bon sens du terme.

Cette pièce, vous pourriez la jouer en Algérie ?

C’est mon rêve. J’ai déjà envoyé ce manuscrit à la ministre de la Culture, j’ai été agréablement surprise qu’elle m’ait envoyé une lettre dans laquelle elle me disait qu’en tant que femme elle avait beaucoup aimé la pièce. Mais, sincèrement, cela m’étonnerait fort que cette pièce puisse être jouée en Algérie. Mais sait-on jamais, on a fait parfois des choses en Algérie inimaginables.

Avez-vous fait du théâtre en Algérie ?

Je n’ai fait du théâtre qu’en Algérie. J’étais au théâtre de Béjaïa depuis son ouverture en 1986, j’y ai travaillé jusqu’en 1999 comme comédienne, auteure et metteur en scène. J’ai travaillé avec Azzedine Medjoubi, Allah yarhmou, d’ailleurs mon fils porte son prénom, c’est le dernier metteur en scène avec lequel j’ai travaillé avant qu’il soit assassiné par les intégristes, sur El houinta (la petite boutique), j’ai travaillé aussi avec Bouguermouh, Allah yarmou (mort dans un accident de voiture alors qu’il se rendait au théâtre). C’est horrible, il n’y a que Allah yarhmou. J’ai travaillé sur Ya rjal, ya hlallaf, hzam el ghoula. J’ai eu beaucoup de chance, parce que j’ai eu de très beaux rôles et j’ai appris énormément avec ces regrettés metteurs en scène. J’écris comme une comédienne, en fait.

En Algérie j’écrivais en arabe, j’ai fait beaucoup d’adaptations collectives pour le théâtre de Béjaïa, j’ai écrit une pièce qui n’a jamais été montée parce que j’étais partie La musique adoucit les mœurs de Tom Stopars. A mon âge je me cache encore pour fumer est le premier texte que j’écris en français, j’aurais pu l’intituler Hammam de femmes.

Pour quel public l’avez-vous écrit ?

Le théâtre est pour tout le monde, pour tous publics.

Avez-vous le sentiment que le public français comprenne la pièce ?

Il comprend et adhère totalement et ce qui est merveilleux, que ce soit de la part des Français de souche ou des Maghrébins ou des Français d’origine maghrébine, ils me disent qu’ils vivent ce que véhicule la pièce, qu’ils s’y retrouvent. Une Française d’un certain âge m’a dit, émue : « Je pensais venir voir des Arabes je me suis vue. » Je parle d’une société que je connais tout en essayant de toucher à l’universel. J’ai un personnage qui est islamiste, un autre qui est progressiste et laïc, c’est ce qu’on a vécu. J’ai écrit une pièce qui parle de femmes et de l’agressivité des hommes envers les femmes, ce n’est pas propre aux pays maghrébins. En Espagne, la première cause de mortalité des femmes c’est la violence conjugale, les femmes en souffrent dans tous les pays, dans tous les milieux. L’intégrisme vient, bien sûr, ajouter à ces violences.

Ce n’est donc pas une pièce « communautariste » ?

Pas du tout. Ce n’est surtout pas l’exotisme. Dans la distribution, la plupart des comédiennes sont françaises. Trois seulement sont d’origine algérienne. Il n’y a pas de scène du thé, de henné. Le décor est sobre. Les comédiennes ne sont pas dénudées.


Par Nadjia Bouzeghrane, El Watan (Alger) du 17 janvier 2010.


Dernière édition par hamou le Mer 20 Jan - 12:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myriam
Admin


Féminin Nombre de messages : 4180
Date d'inscription : 13/06/2007

MessageSujet: Re: La comédienne Rayhana agressée à Paris...   Mer 20 Jan - 0:13

Citation :
Voici un entretien Accordé par l'auteure et comédienne Rayhana à la journaliste Nadjia Bouzeghrane du quotidien El Watan d'Alger
La retransmission de l'entretien laisse à désirer... (syntaxe erronée etc) la reputation du journal risque d'en prendre un coup...

________________________

Quant à Rayhana, son agression a eu lieu dans un quartier animé (nombreuses boutiques, mosquée, théâtre, ...) je trouve curieux que personne n'est rien vu... La presse et les politiques se sont emparés de l'affaire en parlant d'individus dits "islamistes" qui n'auraient pas apprécier la pièce...peut être mais rien ne le prouve. Mefions-nous des conclusions trop hâtives...

Les illuminés sont partout (pas forcément des "islamistes) pas mal de malades mentaux (schyzophrènes) circulent librement sur le territoire français par faute de prise en charge en milieu psychiatrique (ex l'étudiant chinois qui a égorgé une secrétaire à Perpignan, un autre qui a semé la terreur dans les rues de Paris en attaquant à l'arme blanche des passants etc)... Islamistes ou pas personne n'a le droit d'intenter à la vie d'autrui... quelque soit ses opinions, sa manière de vivre, ses convictions religieuses etc...

Le titre de la pièce "A mon âge je me cache encore pour fumer" n'est pas anodin : Combien de femmes osent fumer une clope devant leur famille, voisinage, dans la rue ??? le faire serait suicidaire (c'est une image) quoique dans certains pays ultra conservateurs elle risquerait gros... Chez nous elle serait cataloguée de "kerba" (putain)... Au delà du titre volontairement provocateur Rayhana aborde le thème suivant : la place de la femme dans une société conservatrice....

Résumé de la pièce...

Dans un hammam d’Alger, 9 femmes s’évoquent sans pudeur, loin des regards inquisiteurs et moralisateurs d’une société masculine qui les a réduites au silence.
http://www.theatrorama.com/2009/12/a-mon-age-je-me-cache-encore-pour-fumer/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alombredesoliviers.buyforum.net
sil



Masculin Nombre de messages : 2771
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: La comédienne Rayhana agressée à Paris...   Mer 20 Jan - 10:33

Myriam a écrit:
Citation :
Voici un entretien Accordé par l'auteure et comédienne Rayhana à la journaliste Nadjia Bouzeghrane du quotidien El Watan d'Alger

Quant à Rayhana, son agression a eu lieu dans un quartier animé (nombreuses boutiques, mosquée, théâtre, ...) je trouve curieux que personne n'est rien vu... La presse et les politiques se sont emparés de l'affaire en parlant d'individus dits "islamistes" qui n'auraient pas apprécier la pièce...peut être mais rien ne le prouve. Mefions-nous des conclusions trop hâtives...

Les illuminés sont partout (pas forcément des "islamistes) pas mal de malades mentaux (schyzophrènes) circulent librement sur le territoire français par faute de prise en charge en milieu psychiatrique (ex l'étudiant chinois qui a égorgé une secrétaire à Perpignan, un autre qui a semé la terreur dans les rues de Paris en attaquant à l'arme blanche des passants etc)... Islamistes ou pas personne n'a le droit d'intenter à la vie d'autrui... quelque soit ses opinions, sa manière de vivre, ses convictions religieuses etc...


Certes...Cet acte n'émane pas forcément d'un islamiste mais a-t'on déjà vu les imams qui tiennent des discours de haine se salir les mains en exécutant eux-même leurs sentences???
Car c'est là que se situe le problème...La montée d'un discours d'intolérance qui justifie et incite à de tel acte...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myriam
Admin


Féminin Nombre de messages : 4180
Date d'inscription : 13/06/2007

MessageSujet: Re: La comédienne Rayhana agressée à Paris...   Ven 2 Avr - 15:14

La pièce sera diffusée sur France Ô à 20 h 35...

"A mon âge, je me cache encore pour fumer"
Durée : 1 h 45

SYNOPSIS

Neuf femmes d’âges et de conditions diverses se retrouvent dans un hammam à Alger. Elles sont là pour se laver mais surtout parler. Peu à peu se révèlent leurs destins particuliers, à travers des histoires qui ont marqué et modelé leur chair, dévoilant progressivement la violence politique, sociale et sexuelle d’une Algérie en proie à la corruption, la misère, aux attentats, aux combats quotidiens que se livrent les factions gouvernementales et les islamistes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alombredesoliviers.buyforum.net
sil



Masculin Nombre de messages : 2771
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: La comédienne Rayhana agressée à Paris...   Lun 5 Avr - 8:40

Myriam a écrit:
La pièce sera diffusée sur France Ô à 20 h 35...

"A mon âge, je me cache encore pour fumer"
Durée : 1 h 45

SYNOPSIS

Neuf femmes d’âges et de conditions diverses se retrouvent dans un hammam à Alger. Elles sont là pour se laver mais surtout parler. Peu à peu se révèlent leurs destins particuliers, à travers des histoires qui ont marqué et modelé leur chair, dévoilant progressivement la violence politique, sociale et sexuelle d’une Algérie en proie à la corruption, la misère, aux attentats, aux combats quotidiens que se livrent les factions gouvernementales et les islamistes

Et??? Cela en valait-il la peine???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myriam
Admin


Féminin Nombre de messages : 4180
Date d'inscription : 13/06/2007

MessageSujet: Re: La comédienne Rayhana agressée à Paris...   Lun 5 Avr - 20:30

Je n'ai pas France Ô Sil.

La chaîne d'Outre-mer n'est diffusée qu'en Île de France visible egalement sur le câble ou l'ADSL ... Elle sera accessible gratuitement sur tout le territoire qu'à partir de la mi-juillet via la TNT.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alombredesoliviers.buyforum.net
sil



Masculin Nombre de messages : 2771
Date d'inscription : 04/07/2007

MessageSujet: Re: La comédienne Rayhana agressée à Paris...   Jeu 8 Avr - 6:48

Myriam a écrit:
Je n'ai pas France Ô Sil.

La chaîne d'Outre-mer n'est diffusée qu'en Île de France visible egalement sur le câble ou l'ADSL ... Elle sera accessible gratuitement sur tout le territoire qu'à partir de la mi-juillet via la TNT.

Zut...En Belgique, elle n'est disponible que dans le cadre de bouquet numérique payant comme d'ailleurs France 4 et 5... Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La comédienne Rayhana agressée à Paris...   Aujourd'hui à 5:18

Revenir en haut Aller en bas
 
La comédienne Rayhana agressée à Paris...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ... Une apprentie comédienne se retrouve au pays des livres
» Marthe Choquette Comédienne
» Pierrette Robitaille comédienne
» Huguette Edwige Oligny Comédienne
» Esther Legros [Odile dans Premiers Baisers]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A l'ombre des oliviers... :: Bouillon de culture :: Ciné, Théâtre, Sorties...-
Sauter vers: