A l'ombre des oliviers...


 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Irak. Des G.I’s venus du Maroc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
hamou



Masculin Nombre de messages : 1427
Date d'inscription : 07/05/2008

MessageSujet: Irak. Des G.I’s venus du Maroc   Sam 7 Fév - 11:30

Pour les gagnants de la Green Card lottery, le cauchemar irakien a
remplacé le rêve américain.

Près de 1300 Marocains défendent la bannière étoilée en Irak au sein de l’armée américaine. Simples soldats ou sous-officiers, ils traduisent, interrogent, torturent parfois.


En 2002, Khalid B., 33 ans, a réalisé le rêve de la moitié de la jeunesse marocaine. Le fameux ordinateur installé dans l’Etat de Kentucky aux Etats-Unis l’a choisi dans le cadre de la “DV Green Card lottery” : il fait partie des 55 000 heureux élus dans le monde qui décrochent chaque année le sésame, la carte de résidence américaine. Après des mois,
Khalid débarque aux Etats-Unis. Ce natif de Aïn Sebaâ à Casablanca a juste le certificat d’études primaires. Sans diplôme, il multiple alors les petits boulots, comme il faisait au Maroc : serveur l’été et tenancier de cybercafé l’hiver. Mais cela finit par l’irriter, lui qui rêve de devenir aussi riche que Crésus, en peu de temps et à moindre effort. “L’armée américaine m’offrait cette chance, je n’y ai pas réfléchi deux fois”, raconte-t-il du point le plus chaud de la planète. Au début, Khalid fut recruté en tant que traducteur pour l’armée américaine, comme le gros lot des soldats marocains engagés par les Etats-Unis en Irak. Il raconte que grâce aux soldats marocains, plusieurs correspondances secrètes entre l’ex-Premier ministre irakien Nouri Al Maliki et des commandos de l’armée de Moqtada Sadr ont été interceptées. (TelQuel détient une copie de l’une de ces correspondances).

“Les traducteurs sont recrutés par des boîtes spécialisées”, raconte cet ex-conseiller marocain de la télé irakienne. On y trouve un peu de tout, de simples immigrés sans nationalité américaine qui ont débarqué grâce à la Green Card, aux chercheurs attitrés dont les publications sont convoitées par de respectueuses maisons d’édition. “Au début, l’armée s’est montrée très exigeante et ne recrutait que les éléments disposant de la nationalité américaine, mais vu la rareté des profils, les recruteurs ont fini par faire fi de ce critère et ont intégré les candidats disposant de la Green Card”, analyse l’ex-conseiller. Les traducteurs perçoivent un salaire oscillant entre 100 000 et 135 000 dollars par an. Un peu moins que les traducteurs jouissant de la nationalité américaine, qui ont accès aux documents confidentiels, classés top secret, avec une rémunération avoisinant les 180 000 dollars par an. Les mieux lotis sont les analystes. Loin du bourbier irakien, ils livrent le suc de leur pensée dans des bureaux feutrés à Washington. Pour ce service rendu à la nation américaine, ces conseilles politiques ou culturels, qui travaillent en étroite collaboration avec le Pentagone, touchent jusqu’à 280 000 dollars par an.

Le temps des interrogatoires
Sur le champ de bataille, les Marocains n’ont plus à faire leurs preuves. “Les soldats marocains engagés en Irak sont doués pour soutirer des aveux aux détenus irakiens. Ce sont eux qui ont mené les interrogatoires de détenus célèbres comme Tarik Aziz et ses semblables”, se targue Mehdi, un agent maroco-américain ayant fait ses armes au sein de la tristement célèbre prison d’Abou Ghraïb pendant 6 mois. Contrairement à ses frères d’armes marocains, Mehdi a immigré aux Etats-Unis alors qu’il n’était qu’un enfant. A 18 ans, il a intégré l’académie militaire de Caroline du Nord et, une fois diplômé, il a servi en Colombie, au Panama et même en Israël. Quand la guerre éclate en Irak, il ne se fait pas prier pour rejoindre les troupes américaines. Mehdi a donc choisi, de son plein gré, d’embarquer pour l’Irak. “Par conviction”, insiste-t-il. Et d’ajouter : “C’est notre devoir d’emboîter le pas à tous ceux qui veulent s’en prendre à nos convictions et surtout à notre mode de vie.” Américain dans l’âme, Mehdi est une recrue engagée, au propre comme au figuré. Mais c’est loin d’être le cas de ses pairs. Khalid n’a aucun embarras à affirmer qu’il a rejoint les boys pour venir en aide à sa famille, même s’il ne le clame pas haut et fort. Au début, il a usé de tous les stratagèmes pour faire croire à son entourage qu’il est bien aux Etats-Unis et non en Irak.

Aujourd’hui sa famille lui conseille de dissimuler ce petit détail qui fâche. Aux yeux de tout le monde, Khalid est bien à mille lieues, dans une petite ville américaine où il travaille comme taxi-driver. Quand il rentre au Maroc, comme la dernière fois durant le mois de ramadan, il se montre très discret, renfermé même, avec une pensée pour ses “ouled derb” pour lesquels il incarne le modèle vivant du rêve américain. En rentant chez lui, il ramène des cadeaux d’Allemagne où les soldats d’Irak font escale avant de rejoindre leur pays. Aujourd’hui, Khalid a évolué dans les rangs de l’armée : de simple traducteur, il est devenu conducteur de chars et sort en expédition dans les zones les plus risquées de Bagdad. Et ce qu’il fait pour le confort matériel, d’autres le font pour l’amour de l’aventure, même s’il s’agit de défendre une cause qui n’est pas la leur.

Lost in translation
Salim, 31 ans, ne jurait que par l’armée depuis qu’il était jeune. Au lycée, il répétait à qui voulait l’entendre qu’il serait un grand militaire parce que tout le prédestinait à cette carrière : jeune homme élancé et très choyé par la nature, son allure évoque celle des Marines américains. Son bac scientifique en poche, il tente, sans succès, de rejoindre l’académie marocaine. Après un bref passage à la faculté, il part aux Etats-Unis chez un parent et s’y installe. Enfin le rêve se concrétise. Sergent en Irak, il vient d’être remercié pour ses bons et loyaux services par l’octroi de la nationalité américaine. Lors d’une cérémonie au Camp Victory, l’ancien palais de Saddam Hussein, Salim, tout fier, répète qu’il est “complètement américain”. Un grand moment de l’histoire, renchérit-il en arborant fièrement son uniforme de l’US Army avec son nom greffé dessus et le drapeau américain sur son bras droit.

A l’instar de Khalid, Salim est, aux yeux de sa famille, aux Etats-Unis et travaille pour le compte de l’armée sans plus de précision. Il rentrera au Maroc en janvier pour assister au mariage de sa petite sœur. Le soldat Farid El Azzouzi est rentré aussi en 2007, mais dans un cercueil. Ce jeune homme de 26 ans, originaire d’Oujda, a payé de sa vie le rêve américain. Comme la plupart des recrues marocaines en Irak, il a immigré aux Etats-Unis grâce à la Green Card. Il a rejoint l’armée en 2005, comme réserviste, sur la recommandation d’un vétéran marocain. Après un entraînement de base à Fort Jackson en Caroline du Sud, il rejoint l’Irak. Son unité, la 3ème brigade de la 25ème division fut déployée en juillet 2006 pour une mission d’un an. Mais, le 14 juin 2007, une explosion touche son Humvee à Kirkouk, il périt avec deux de ses collègues. Un mois le séparait de la fin de sa mission. (...)

Par Amal Baba Ali, "Tel Quel " (magazine marocain) n°352
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Irak. Des G.I’s venus du Maroc
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Energie: Comment le Maroc soigne sa crise
» Comment désamorcer la bombe sociale au Maroc ?
» Bricks au thon (Maroc)
» Couscous (Maroc)
» (AFRIQUE DU NORD) Forum de Généalogie sur le Maroc, l'Algérie et la Tunisie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A l'ombre des oliviers... :: Un Oeil (le bon) sur la Planète :: Que se passe-t-il au Maghreb ?-
Sauter vers: