A l'ombre des oliviers...


 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 cuisine aphrodisiaque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
faracha

avatar

Masculin Nombre de messages : 727
Date d'inscription : 19/07/2007

MessageSujet: cuisine aphrodisiaque   Mer 12 Nov - 22:03

salam
azul





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
faracha

avatar

Masculin Nombre de messages : 727
Date d'inscription : 19/07/2007

MessageSujet: Re: cuisine aphrodisiaque   Mer 12 Nov - 22:10

salam
azul

une recette pas mal du tout pour batata Very Happy mais il faut attendre 30 jours pour avoir la potion magique!!! lol! rdv dans 1 mois pour tester son effet Laughing Exclamation

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
faracha

avatar

Masculin Nombre de messages : 727
Date d'inscription : 19/07/2007

MessageSujet: Re: cuisine aphrodisiaque   Mer 12 Nov - 22:16

salam
azul

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
batata



Masculin Nombre de messages : 689
Date d'inscription : 20/06/2007

MessageSujet: Re: cuisine aphrodisiaque   Lun 1 Déc - 16:12

batata remercie beaucoup faracha... car ces recettes vont lui permettre de rester en alerte pendant les quatre saisons... jours fériés compris...avis aux cuisinières...en jupons...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
azedine



Masculin Nombre de messages : 1841
Date d'inscription : 09/07/2007

MessageSujet: Re: cuisine aphrodisiaque   Jeu 4 Déc - 21:19

Des testicules dans la marmite

Notre monde, qui n’a que le sexe à la bouche, ne veut plus manger de testicules. Voilà l’un des paradoxes de la modernité, qui joue les délurées mais s’avère méchamment puritaine dans la pratique. Pourtant, il y a quelques décennies encore, on se régalait des animelles, rognons blancs de coq, suites de sangliers, œufs de moutons et autres gonades de taureau. Et puis patatras, un beau jour plus personne n’a voulu croquer dans une joyeuse. Essayez donc de servir des béatilles sautées à vos convives. Berk assuré.

Ce revers de l’Histoire, Blandine Vié le détaille dans son livre érudit et drôle baptisé Testicules (ed. de l'Epure). Journaliste culinaire, la dame a une formation en histoire de l’art et une dizaine de livres gourmands à son actif. Déplorant la disgrâce de ces abats-là, elle a entrepris d’en chanter les louanges dans un essai qui mêle mythologie, histoire, recettes et panorama lexical. «Je l’ai commencé comme un simple livre de cuisine, très vite je me suis aperçue qu’il serait dommage de s’en tenir aux fourneaux. »

Car la valseuse n’est évidemment pas un mets comme les autres. «La grivoiserie surgit aussitôt», constate Blandine Vié. «On ne peut manger des testicules d’animaux sans immédiatement penser à ceux de l’homme. Ce qui n’est nullement le cas pour d’autres pièces de viande.» Nul ne ricane ou ne rosit en effet en avalant une cuisse de dinde.

Ce troublant effet miroir, s’il participe aujourd’hui à la déchéance de ces morceaux-là, en a longtemps fait la gloire. «Dans l’Antiquité, ce sont des mets de héros. Censés contenir la force et la virilité des animaux, ils sont servis aux vainqueurs. » On imagine la tête de Federer ou Nadal devant un plat d’animelles.

Au Moyen Age, les roupettes font l’ordinaire des banquets paillards et arrosés, avant de se faire victuailles aristocratiques à la cour de Louis XV. «Après tout, il s’agit de pièces rares, si l’on considère leur taille comparée à la masse de l’animal», sourit Madame Vié. Le XIXe les adore aussi, louant leur délicatesse autant que les vertus aphrodisiaques qui, de tout temps, leur ont été associées. La sagesse populaire est formelle : qui mange des mignonnettes brille sous la couette.

Début XXe, la cote des roubignoles dégringole. Les voilà devenus plat de pauvres. Elles constituent le casse-croûte des forts des Halles et ne mijotent plus guère que dans les marmites éclairées. A l’aube des années 70, l’estocade sera portée par les lois sur l’hygiène, l’industrie agroalimentaire triomphante, ainsi que par le «bon goût» et la frilosité modernes. «Les riches ne veulent plus s’abaisser à consommer de la triperie. Les pauvres ne veulent plus de produits dédaignés par les riches», résume Blandine Vié. Vache folle et grippe aviaire achèveront nos pauvres bonbons.

Aujourd’hui, on peut encore dégotter rognons blancs et amourettes, à condition de les commander au bon boucher. L’occasion d’essayer l’une des quelque cent recettes du livre, recettes créées et testées par l’auteure, ou issues du grand répertoire gastronomique. Recettes sévèrement coucougnées, que le lecteur se prend à rêver de cuisiner. Qui eût cru que l'on songe un jour à croquer dans une burne ?

Estèbe

http://www.fureurdesvivres.com/news/des-testicules-dans-la-marmite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: cuisine aphrodisiaque   

Revenir en haut Aller en bas
 
cuisine aphrodisiaque
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» menus noel en video du cours de cuisine de vendredi dernier
» La bonne cuisine de Pékin - ça vous intéresse ???
» Démonstration de cuisine
» les meilleurs livres de cuisine
» La cuisine selon Juliette

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A l'ombre des oliviers... :: L'Univers Feminin :: Douceurs d'ici, saveurs d'ailleurs-
Sauter vers: